Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Les idrab (grèves) par El Guellil

Publié par The Algerian Speaker sur 10 Février 2014, 14:46pm

Catégories : #L'actualité en hommage à Abdou B (le quotidie

Il n'y a pas à dire. Nos enfants sont politisés. Et celui qui ne l'est pas, il commence à le devenir, dès la première année primaire. Il s'initie à la politique, malgré lui. Il apprend le premier concept : grève. Il peut te l'expliquer aisément. En deux langues. Il suffit juste de poser la question au chérubin, de la sana oula et… oulala… tu seras étonné. «Pourquoi tu n'es pas à l'école ? «Les moualimine darou grève» et son frère qui prépare sa sixième le corrigera «on dit les mouallimine fi idrabe». Jusqu'à quand ? Ça dépend vous dira-t-il si la ouizara dit oui à leurs revendications, ils reprennent, sinon il n'y aura pas classe jusqu'à ce que la houkouma accepte tous les matalib…» Oui-zara. Non-zara.Tentez l'expérience, vous ne serez pas déçus. Ils ont même remarqué que certains enseignants n'ont pas répondu à l'appel à la grève, car appartenant à un autre syndicat. Une autre naqaba. L'abc politique est là mais l'alphabet n'y est pas.

Arrêtons de plaisanter. Les enseignants ont le droit de faire grève, mais les élèves ont, aussi, le droit à une année scolaire. Les parents ne savent plus sur quel pied danser. Quand ils rentrent chez eux, le soir, et qu'ils voient leurs enfants devant la télé, ils comprennent que la journée ils l'ont passée, pour les plus chanceux, dans la cour de l'école. Ils n'osent même plus leur demander d'aller faire leurs devoirs. Ils connaissent la réponse. On n'a rien. Demain il y aura grève. Et si ces maîtres de la protestation réfléchissaient à une autre formule de grève ? Tenez par exemple, assurer les cours, et occuper 24h sur 24 les écoles, collèges et lycées. Ne gagneraient-ils pas, à leur cause, les parents d'élèves ? Ils installeront au seuil de tous les établissements des banderoles affichant leurs revendications. Et le week-end programmer une marche qui rassemblera et les parents d'élèves et les enseignants pour faire pression, afin qu'aboutissent leurs revendications. Car là, les parents commencent à penser que c'est plus des «arrêts de travail-vacances» que ces messieurs se payent, au détriment de la formation de leurs enfants. Ils en ont marre des années blanches qui ressemblent aux années noires et les ans-seignants. Certains ne s'empêchent pas de penser à un terrorisme, sous une autre forme.

Un terrorisme qui prend, en otage, leurs enfants. Il est temps que des assemblées générales soient organisées avec les parents afin de crédibiliser le mouvement de contestation. Enseignants vous avez raison ! enfants vous avez raison ! parents vous avez raison !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents